Université Populaire du 14e

Université Populaire du 14e

Le programme des cycles terminés 2012-2013...

Cycles 2012

-Comprendre la crise / Analyser les films / La démocratie / L'énergie et le développement durable / l'Algérie / Les migrations

 

Cycles 2013

-L'école peut faire mieux / Mozart / L'atelier de l'histoire / Logement-Habiter la ville / Les grands mouvements sociaux

 

 

   Les éléments projetés des cycles  économie Ici     énergie Ici

Retrouver le cycle école, ses points forts, ses infos ICI

 

LA BIBLIOGRAPHIE DES CYCLES (EN FICHIER WORD) : ICI

 

2012

 

CYCLE

Comprendre l’économie pour comprendre la crise 

(Organisateur, Frédéric Vuillod)

1-   Croissance, productivité, emploi : la place de l’homme dans l’économie

-       Gérard Filoche, inspecteur du travail et membre du conseil scientifique d’Attac

-       Julia Cagé, économiste à l’Ecole d’Economie de Paris et à l’université d’Harvard

 

2-     Richesse, impôts, dettes : où passe l’argent de l’Etat ?

-       Mickael Zemmour, économiste à l’Ecole d’Economie de Paris

-       Nicolas Ubelmann, réalisateur (à Paris 14e) d’un documentaire sur la dette prévu pour 2012

 

3-   Système bancaire et marchés financiers : sont-ils responsables de la crise ?

-       Benjamin Coriat, membre du collectif des Economistes Atterrés

-       Daniel Kapp , économiste à l’Ecole d’Economie de Paris

 

4-    Importations, exportations, exploitation : la mondialisation, où en est-on ?

-       Henri Sterdyniak, directeur à l’OFCE et co-fondateur des Economistes atterrés

-       Luc Lamprière, directeur général d’Oxfam France

 

5-    Séance de bilan : Comment comprendre la crise de l’euro ?

-       Thomas Chalumeau, directeur des questions économiques à la fondation Terra Nova

-       Nicolas Doze, journaliste et chroniqueur à BFM Business

 

CYCLE
Cinéma – Analyser les films

(Organisateur : Marc Buffat)


Au cours de ce cycle nous étudierons successivement deux films : Furie(1936) de Fritz Lang et La Soif du mal (1958) d’Orson Welles. Deux grands classiques, films noirs palpitants qui nous parlent de la justice, de la violence et du mal d’une façon qui les inscrit à plein dans notre modernité.

Outre l’apport, s’il y a lieu, des informations nécessaires à la compréhension du film, il s’agira, en partant des impressions plus ou moins confuses des spectateurs que nous sommes, en les précisant, les explicitant ou les prolongeant à travers l’analyse de certaines séquences, de cerner le ou les sens et les effets du film et d’apprécier sa portée.  Une telle démarche implique dialogue avec et entre les participants au cours, et ne requiert aucune connaissance préalable.



1 : Furie, Visionnage et premiers commentaires

2 : Furie,  analyses de séquences

3 : Furie, analyses de séquences

4 : La Soif du mal, Visionnage et premiers commentaires

5 : La Soif du mal, analyses de séquences

6 : La Soif du mal, analyses de séquences

 

CYCLE
Démocratie: le peuple peut-il exercer le pouvoir ?

(Organisateurs : Dominique Gentil, Loïc Blondiaux)


Les insuffisances actuelles de la démocratie représentative créent une défiance entre les élus et les citoyens. Les controverses sur la définition de la démocratie sont anciennes mais elles prennent de nos jours des formes nouvelles avec les débats sur le populisme, la démocratie internet ou la démocratie dite participative. L'objectif de ce cycle est de réfléchir aux modalités d'une démocratie plus active.



1- : La démocratie dans tous ses états, d’hier à aujourd’hui (Loïc Blondiaux, professeur de Sciences politiques, Université Paris 1)

 

2- : L’internet, instrument de la démocratie ? (Dominique Cardon, chercheur associé, Centre d’études des mouvements sociaux)

 

3- : Le populisme, menace pour la démocratie ? (Annie Collovald, professeur de sociologie, Université de Nantes)

 

4- : La démocratie dite participative change-t-elle les rapports entre les citoyens et les élus ? (à partir de l'expérience des conseils de quartiers du 14e) (Dominique Gentil, chercheur, Institut de recherche et d’application de Méthodes de Développement)

 

5- : Où vont les démocraties ? (Loïc Blondiaux)

 

CYCLE

L’énergie et le développement durable

(Organisateurs : Jean-Pierre Coulomb, Eric Lesquoy, Daniel Vignaud)

 

Le large consensus existant aujourd'hui sur la réalité du changement climatique et l'accident nucléaire de Fukushima ont relancé les débats concernant le futur de nos choix énergétiques. Ces choix sont fortement liés au choix global de société dans laquelle nous vivons, allons et voudrions vivre. Malgré cette globalité, ces débats sont souvent tronqués ou partiaux. Le cycle proposé a pour but de donner le maximum d’éléments permettant de contribuer à une approche globale du problème et de mieux en comprendre les enjeux techniques, industriels et politiques pour peser de manière plus cohérente et plus efficace dans le débat démocratique nécessaire. L'urgence de ce débat, suivi d'un choix démocratique, a été mise en évidence dans le cycle «démocratie» de notre Université Populaire.

 

1-L’énergie, enjeux économiques et sociaux. (Jean-Pierre Coulomb, ingénieur expert en ingénierie nucléaire)

 

2-Forces et faiblesses des différentes sources d’énergie. (Daniel Vignaud, chercheur en physique des particules élémentaires, astroparticules et cosmologie)

 

3-L'énergie nucléaire. (Eric Lesquoy, physicien, spécialisé en physique des particules élémentaires, astroparticules et cosmologie)

 

4-Des énergies pour l'avenir (Benjamin Dessus, ingéieur et économiste, Jean-Baptiste Thomas, ingénieur, CEA)

 

CYCLE

Algérie situation coloniale et guerre d'indépendance

(Organisatrice : Annick Lacoix)

 

Cinquante ans après l’indépendance de l’Algérie, ce passé colonial fait encore débat et, bien souvent, c’est la guerre d’indépendance qui focalise l’attention, et les tensions. Mais comment comprendre les violences des années 1954-1962 sans explorer, en amont, une Algérie colonisée depuis plus d’un siècle ? Les deux premières séances s’attacheront à décrire cette situation coloniale et son fonctionnement asymétrique de la conquête, en 1830, à la veille du déclenchement de la guerre, en novembre 1954.            
 Viendront ensuite deux conférences centrées sur le temps de la guerre d’indépendance algérienne. Elles permettront de revenir sur les grandes étapes de ce conflit en développant plus spécifiquement la question des violences et celle de l’utilisation des images par les différents acteurs impliqués       .
                Guerre sans nom mais pas sans images. Violences de guerre ou violences coloniales ? Que dire enfin des usages mémoriels de ce passé ? La dernière séance permettra de revenir sur l’après 1962 et notamment sur un aspect moins connu en France, celui des mémoires algériennes de la guerre d’indépendance.           
Cinq historiennes, à partir des apports récents de la recherche, proposent quelques clés pour une meilleure compréhension de l’Algérie colonisée et de son épilogue guerrier.      



1-L’Algérie coloniale (I)  - L'Algérie française, une construction précaire        
Sylvie Thénault (CHS)
                

2-L’Algérie coloniale (II) – Une société fragmentée      
Annick Lacroix (ISP - ENS Cachan) 
 

3-La guerre d’indépendance (I) - Violences de guerre, violences coloniales : pratiques et effets des violences pendant la guerre d’indépendance algérienne                      
Raphaëlle Branche (CHS – Paris I)                                

4-Un massacre en métropole. Le 17 octobre 1961 
Muriel Cohen (CHS) – Annick Lacroix (ISP-ENS Cachan)

5-Algérie indépendante et mémoire de la guerre d'indépendance      
Malika Rahal (IHTP)      

 

CYCLE

Les migrations.  Hier et aujourd’hui – Ici et ailleurs (XIXe-XXIe siècles)

Organisatrices (Marie-Claude Blanc-Chaléard, Sophia Lamri) 

 

 Les migrations sont l’un des grands enjeux contemporains. Et, depuis le XIXe siècle surtout, les migrants, provinciaux et étrangers, recomposent le peuple de Paris et écrivent son histoire. Ce cycle de l’université populaire propose de revenir sur cette histoire des migrations parisiennes. Cinq séances jalonneront les étapes, du lointain XIXe siècle à la période la plus récente, à la recherche des vagues successives de migrants, tout en variant les approches. En prise sur les initiatives des habitants du 14e (projet Quartorzien dis-moi d’où tu viens de l’association Florimont), ce cycle s’entend comme un espace d’ouverture et d’échanges, et souhaite faire une large place aux témoins et aux acteurs de terrain.

 

1-Paris, une histoire de migrations, XIXe-XXIe siècles (Marie-Claude Blanc-Chaléard, professeure d’Histoire contemporaine, Université Paris Ouest-Nanterre), Centre social Maurice Noguès

 

2-Devenir Parisien avant la Deuxième Guerre mondiale (Marie-Claude Blanc-Chaléard), Maison des associations

 

3-Les trente glorieuses : bidonvilles, foyers et luttes urbaines (Marie-Claude Blanc-Chaléard et Sophia Lamri), Centre social Maurice Noguès

 

4-Les enfants de l’immigration – le tournant des années 1980 (Sophia Lamri, historienne), Maison des associations

 

5-Les nouvelles configurations migratoires au XXIe siècle (Catherine Wihtol de Wenden (directrice de recherches – CERI/CNRS/Sciences Po), Maison des associations

 

 

2013

 

 

CYCLE  

L’École peut faire mieux :  témoignages et analyses 

Organisateurs : un groupe de quatre chercheurs et de quatre acteurs du 14ème engagés sur le terrain de l’École.

 

 Objectifs : Presque tout le monde a un avis sur l’école, à partir de son expérience personnelle ou de celle de ses enfants. De quelle école s’agit-il ? L’école réelle, ressentie ou rêvée ?

Ce cycle a pour objectifs:

-          d’éclairer ces trois aspects, avec leurs évolutions récentes,

-          de comprendre que ce qui parait évident peut être mis en discussion,

-          de renouveler les relations entre les familles et les professionnels de l’école,

-          d’exposer des pistes sur « quoi faire ».

C’est la complexité de la réalité scolaire (relations élèves, enseignants, parents, institution…) que nous voulons ainsi explorer, afin de partager des moyens de prendre du recul sur tous ces aspects.

  La bibliographie du cycle ICI

 

Modalités : on travaillera sur des repères propres à l’École, des données quantitatives à interpréter, des expériences particulières du 14ème arrondissement, présentées par les acteurs eux-mêmes, et des recherches, exposées par des universitaires. Un temps sera réservé à l’élaboration de questions en séance et de réponses, éventuellement différées.

 

- 1(au lycée François Villon, 16 avenue Marc Sangnier) :L’école dans le 14ème, un cas particulier ? L’école réelle.

Responsables : Monique Paries, Aline Robert, Janine Rogalski, Marie Hélène Thomas, Françoise Varouchas.

 Quelques diapos qui ont accompagné la présentation - elles ont un caractère partiel au regard de l'exposé et n'informent pas sur la discussion qui a suivi ICI

- 2(au lycée François Villon, 16 avenue Marc Sangnier) :

De l’école ressentie à l’école rêvée (maternelle et CP).

Responsable : Mireille Brigaudiot.

- 3 (au lycée François Villon, 16 avenue Marc Sangnier) : Enseigner ça s’apprend.

Responsables : Monique Paries, Aline Robert.

 - 4 (à l’école primaire du 188 rue d’Alésia) : L’École pour tous. Expériences, structures et dispositifs dans le 14èmearrondissement.

Les expériences du lycée Municipal d’Adultes (LMA) et de l'école primaire du 188 rue d'Alésia en « réussite éducative » seront présentées.

Responsables : deux acteurs et « grands témoins », Françoise Noel-Jothy, Gauthier Lechevalier.

 

- 5(à l’école primaire du 188 rue d’Alésia) : Quelle école rêvée ?

Responsables : Mireille Brigaudiot, Gauthier Lechevalier, Françoise Noel-Jothy, Monique Paries, Aline Robert, Janine Rogalski, Marie Hélène Thomas, Françoise Varouchas.

   

 

CYCLE

 Mozart

 

Organisateur, Jean Gribenski, professeur émérite de musicologie, Université de Poitiers.

 

Le cycle s’efforcera de présenter les éléments essentiels, en mettant nettement l’accent sur les principales œuvres, sans négliger le contexte historique et musical dans lequel elles sont nées, mais en considérant que, dans ces conférences, la parole n’est là que pour mettre en valeur la musique (nombreuses auditions). Ce cycle est bien entendu ouvert à tous, quel que soit le niveau technique musical.

 

Les deux séances qui se sont déroulées au Conservatoire ont permis d’entendre des extraits interprétés par des élèves de cette école.

 

1  26 mars, au Conservatoire, Le style musical de Mozart : la musique pour piano, la musique de chambre.

  2 avril, à la Maison des associations, La vie de Mozart ; la réception de sa musique de son vivant et après sa mort

  9 avril, à la Maison des associations,  Les musiques pour orchestre : symphonies, concertos.

  16 avril, au Conservatoire,  Les opéras.

  23 avril, à la salle municipaleLa musique religieuse

 

CYCLE

L’atelier de l’histoire

  

Vous souhaitez faire l’histoire de votre famille, votre rue, votre quartier, votre travail, votre association, votre syndicat …, l’atelier vous introduit à la fabrique de l’histoire contemporaine. L’atelier accueille aussi celles et ceux qui souhaitent mieux connaître le travail des historiens. Le cycle ne comprend pas à proprement parler de cours, mais s’appuie sur des études de cas. Le nombre de participants aux séances est strictement limité à 25.

 

Organisateur : Jean-Louis Robert (professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paris 1)

 

Samedi  18 mai et jeudi 23 mai : Les sources / comment les trouver et les choisir / comment elles modifient le sujet initial

Samedi 25 mai et jeudi 30 mai : Le travail sur les sources ou comment prendre des notes

Samedi 1er juin et jeudi 6 juin : Problématiser l’érudition ?

Samedi 8 juin et jeudi 13 juin : Interpréter, prouver ?

Samedi 15 juin et jeudi 20 juin : L’écriture de l’histoire

 

CYCLE

Logement - Habiter la ville

Organisateurs : Sawsan Awada-Jalu : architecte diplômée en aménagement régional et urbain et en sciences sociales ; Jean-François Blanchon : journaliste, co-président du Collectif Logement Paris 14 ; Jean-Pierre Coulomb : ingénieur, co-secrétaire du Collectif Logement Paris 14. Membre de Udé ! Valérie Lebois, psychosociologue, docteur et chercheur en architecture (AMUP). Enseignante à l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Strasbourg ;Michelle Untersteller : architecte, secrétaire du collectif écoquartier Saint-Vincent de Paul. Administratrice de l'association Hesp'ere21

 

 

 1 - Habiter, se loger (Sawsan Awada-Jalu)

"Que veut-dire habiter ?" : Une approche historique de l'habitat à Paris et dans sa périphérie, à partir de la ville industrielle du 19ème siècle. Les repères historiques de l'évolution de la question social et du phénomène d'urbanisation seront mis à contribution pour mieux comprendre la crise actuelle du logement.

 

2 -La crise du logement et nous (Jean-Pierre Coulomb)

"Comprendre la crise du logement" ; le caractère atypique du logement, bien très cher et très durable ; les outils pour pousser à son développement. Deux visions qui se succèdent ou s'entremêlent : le bien public et la marchandisation.

 

3 -Une promenade dans les espaces collectifs de l'habitat (Valérie Lebois, Jean-François Blanchon)

Une déambulation commentée et des témoignages de locataires dans quatre ensembles de logements d'époques différentes pour comprendre l'impact des espaces collectifs extérieurs de l'habitat sur la qualité de vie des habitants.

 

4 -Le partage de l'espace dans l'habitat collectif (Valérie Lebois)

"Hall d'immeuble, cour, jardin, passage..." : comment le logement est relié à la ville par une diversité d'espaces, du plus privé au plus public ? Des lieux de rencontre et de frottement entre intérêts particuliers et intérêt collectif.

 

5 -L'avenir du logement (Jean-Pierre Coulomb, Michelle Untersteller)

"Quelles pistes pour améliorer la situation du logement ?" : les évolutions récentes, le droit au logement, les outils des collectivités et les réglementations. Les alternatives émergentes, en particulier l'exemple de l'habitat coopératif.

 

CYCLE

Des révoltes d'esclaves aux Antilles à la fin du XVIIIe siècle aux révolutions arabes, que nous disent les grands mouvements sociaux dans le monde ?

 

Organisateur-rice-s, Françoise Blum, historienne, CNRS, Centre d’histoire sociale du 20e siècle, Jean-Louis Robert, professeur émérite d'histoire contemporaine, Université Paris 1.

 

L’actualité de ces dernières années a été chargée en mouvements sociaux. Ces mouvements ont parfois débouché sur un processus révolutionnaire et un changement de régime, ou sont restés plus circonscrits, quand ils n’ont pas abouti à une guerre civile : ce sont les révolutions arabes, le mouvement des indignés, les mouvements sociaux en Turquie, ou au Brésil… dont on ne sait quel avenir ils auront.  Ces mouvements et révolutions ont en commun d’avoir acquis une envergure médiatique planétaire. Dans ce contexte, il a paru intéressant d’organiser un cycle sur les mouvements sociaux avec une séance sur les révolutions arabes.  On s’y penchera aussi sur des mouvements plus anciens mais dont la spécificité est d’avoir dépassé les cadres nationaux, d’avoir servi de référence. Pour le meilleur ou pour le pire, ces révoltes, qu’elles aient été guerrières ou pacifiques, marquent encore notre présent, et méritent qu’on en comprenne les enjeux et mécanismes.

Nous n'avons pu suivre, du fait des contraintes des intervenants, l'ordre chronologique initialement prévu. 

 

1-Un rêve de la démocratie directe, les conseils dans la Révolution allemande, 1918-1919, par Claudie Weill, historienne, École des Hautes études en sciences sociales.

2-Le mouvement des droits civiques aux États-Unis, une perspective nationale et internationale, par Pap Ndiaye, maître de conférences, École des Hautes études en sciences sociales.

3-Révolte des esclaves, abolition et rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises, 1794-1802, par Frédéric Régent, maître de conférences, Université Paris 1.

4-La révolution culturelle chinoise était-elle un mouvement social ?, par Alain Roux, professeur émérite des Universités, Université Paris 8. Attention séance salle du Moulin des lapins.

5-Visages des révolutions arabes, par Cécile Boëx, maître de conférences, Ecole des Hautes études en sciences sociales  et Leyla Dakhli, chercheure, Institut de recherches sur le monde Arabe et musulman, CNRS, Aix-en-Provence.



03/05/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 366 autres membres