Université Populaire du 14e

Université Populaire du 14e

Mme Michu à l’école du journalisme

J'ai assisté hier aux exposés de Jean-Jacques Cros et d'Henri Maler sur la mise en spectacle de l'information et sur la critique des médias. Exposés fort intéressants qui ont donné lieu à de nombreuses questions de la salle.

Je n’ai pas été la seule, néamoins, à m’étonner de voir « Mme Michu » convoquée pour incarner le sens commun, voire la bêtise ordinaire, dans une réflexion sur les stéréotypes qui formatent à leur insu les professionnels de l’information !

Jean-Jacques Cros, se défendant de tout sexisme, nous a expliqué que « Mme Michu » était préférée à « M. Michu » dans ce rôle parce qu’elle incarnait « la ménagère de moins de cinquante ans », responsable des achats du foyer…. Mais, que je sache, il s’agissait d’analyser la fabrique de l’actualité et non le marketing ! Sauf à considérer le journal télévisé comme un simple programme d’appel pour les écrans publicitaires (ce qu’il tend à devenir parfois), on ne voit pas en quoi une telle sexuation de la bêtise serait pertinente….

Que « Mme Michu » soit la cible de la publicité n’implique pas que les journalistes doivent simplifier leur propos jusqu’à la caricature pour s’adresser à leur public ou qu’ils préfèrent « l’image d’un beau but » à une analyse de l’inflation en ouverture de journal (« la ménagère de moins de cinquante ans » se pâme rarement devant les matches de football) !

Il me semble d’ailleurs que la fiction de « la ménagère de moins de cinquante ans » est abandonnée par les publicitaires eux-mêmes. Il y a belle lurette que les femmes au foyer (la « ménagère » des années 50-60), a laissé la place aux femmes actives dans le monde du travail (y compris si elles sont au chômage) et que les femmes ont conquis leur place dans l’enseignement supérieur…. Les professeurs de journalisme devraient le savoir.

J’ai été plus surprise encore d’entendre Henri Maler, évoquant « sa compagne », reprendre à son compte ce lieu commun du partage de la réception rationnelle et critique de « l’information » au masculin et de la réception émotive et naïve de « l’actualité » au féminin !

Les ABCD de l’égalité, qui défraient actuellement la chronique, auraient apparemment une place toute trouvée dans les écoles de journalisme.

0 appréciations
Hors-ligne
Henri Maler nous fait savoir qu'il n'a pas tenu les propos qui lui sont prêtés.

L'Université populaire du14e

0 appréciations
Hors-ligne
Je viens de réécouter la conférence en ligne.

Voilà le verbatim du passage concerné dans son contexte. On peut l'entendre à la fin du fichier n°6 :

Après avoir expliqué qu’on regardait aussi un JT « pour se divertir » et qu’il faudrait « renationaliser TF1 » afin de « créer un service public de l’information et de la culture qui ait une offre différenciée de programmes qui ne soient pas assujettis à l’audience quantitative et instantanée », M. Maler répond à la question de savoir ce « peuvent faire les consommateurs » pour que l’information échappe à cet assujettissement. Il affirme qu’il faut justement « arrêter de se comporter en consommateurs ».

« Or, ajoute-t-il, les moyens que nous avons de nous comporter en tant qu’acteurs, c’est-à-dire de gens qui demandent, pas seulement pour eux-mêmes des programmes qui leur conviennent (bien, ce que ma compagne fait toujours, et ce qui m’ENRAGE ! bien !) mais de demander pour notre société une diversité culturelle, politique, d’information satisfaisante, c’est de se comporter en tant qu’acteur, or c’est très difficile de se comporter en tant qu’acteur. »

Il m'a semblé que M. Maler opposait clairement ici l’attitude de sa « compagne », qui se comporte en simple « consommatrice » exigeant qu’on réponde à sa demande personnelle (c’est pourquoi j’ai parlé de « réception émotive et naïve »), à la « réception rationnelle et critique » qui est celle d’un véritable « acteur » de la vie médiatique.

(NB : les majuscules rendent le ton employé).

Peut-être ai-je mal compris le propos de M. Maler mais, après les développements de son collègue sur « Mme Michu », il prêtait pour le moins à confusion.

Bien cordialement,
laoshi
laoshi (prononcez "laocheu")

0 appréciations
Hors-ligne
call me 0752394794
islam ariful

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 361 autres membres